L’engagement de Garze

L’engagement de Garze

 Traduction de 甘孜的承诺 par Tsering Woeser, 21 septembre 2011

De Manigange à Garze, il y a plus de 90 kilomètres. J’ai plus d’une fois emprunté ce chemin et les paysages magnifiques qui longent la route sont inoubliables. Mais à partir de 2008, les préfectures de Dege, Garze, Luhuo, Dawu et plusieurs autres (surnommés Kang du Nord ou Le Chemin du Nord) sont devenues zones interdites. Ces trois dernières années, particulièrement à Garze, peu importe femmes ou hommes, jeunes ou vieux, moines ou laïcs, tous n’ont cessé depuis d’exprimer leur révolte.

Et celle-ci s’exprime sous des formes exclusivement non violentes. À l’été de 2008, sur la route qui traverse la préfecture de Dartsendo, j’ai rencontré un Tibétain, administrateur désormais à la retraite, qui disait d’un air perplexe : « Ces moines sont complètement fous, ils se précipitent pour distribuer des tracts directement devant les policiers et les forces antiémeutes, alors évidemment, ils se font battre et arrêter ». Cet ancien administrateur ajouta en soupirant : « Certains de ces tracts sont d’ailleurs ridicules, du genre les Hans mangent les poupées mortes » (le terme « poupées mortes » désigne de manière méprisante dans le dialecte du Sichuan les enfants illégitimes, non-enregistrés).

Cette résistance pacifique essuya une violente répression. Le 4 avril 2008, le monastère de Donggu se situant dans le district du même nom, dans la préfecture de Garze, fut accusé injustement de cacher des armes, et fit donc l’objet d’une fouille de la part de la police militaire. Un grand moine de plus de 70 ans fut arrêté pour avoir refusé de piétiner l’image de l’Honorable Dalaï-lama. Lorsque les moines et des habitants se rassemblèrent devant l’administration locale pour exiger que l’on relâche le vieux moine, le secrétaire du comité de district Liao Caikun donna l’ordre aux soldats d’ouvrir le feu. 19 Tibétains furent tués par balle et plusieurs autres furent blessés ou durent s’enfuir.

En raison de la rapidité du massacre, de la destruction des cadavres afin d’effacer les traces et du blocage complet de l’information, peu d’étrangers connaissent les détails de ce genre d’événement sanglant. Mais pour les Tibétains, il s’agit d’une dette de sang inoubliable. Trois ans plus tard, d’autres nouvelles nous parvinrent selon lesquelles les Tibétains de Garze distribuaient encore des tracts dans les rues et continuaient à crier des slogans. Cette méthode de protestation pacifique et indéfectible se reproduisit encore presque tous les jours de juin à août 2011. Juste avant d’entrer à Garze, nous avons d’ailleurs appris sur internet que de 60 à 70 Tibétains avaient déjà été arrêtés, et qu’une dizaine avait été condamnée.

C’est pourquoi, lorsque j’ai vu que les rues de Garze, qui m’étaient auparavant si familières, m’étaient devenues étrangères en raison de la présence d’innombrables policiers militaires en armes, je fus troublée. Et en même temps, je ressentis un profond respect pour mes compatriotes locaux.

Bien sûr, je n’arrivai à reconnaître aucun des Tibétains que je croisais par hasard, ni à deviner lequel d’entre eux se préparait à devenir à tout moment un héros, sacrifiant sa vie pour la justice, mais je savais qu’il était là, parmi eux. Lorsque j’entrai par hasard dans une petite boutique familiale vendant de la tsam-pa, levant la tête, j’aperçus le sourire bienfaisant de l’Honorable. Je fus surprise, mais restai silencieuse, car dans les rues pleines de militaires de Lhassa, il est impossible d’apercevoir une quelconque icône à l’effigie de Gyara Rinpoche affichée aussi courageusement en public. Le jeune homme au comptoir me dit, en riant doucement, que la tsam-pa pétrie à l’eau de Garze est réputée dans tout le grand Tibet.

Comme il est difficile en général pour les visiteurs flânant dans les rues et les ruelles de s’informer de la situation réelle sur place, moi et Wang Lixiong sommes montés dans un taxi, afin de discuter avec le chauffeur. Le chauffeur nous dit qu’il est originaire de Ya’an et qu’il est arrivé à Garze pour y travailler comme chauffeur de taxi il y a 6 mois à peine. Il ajouta : « Vous avez rappliqué ici de l’intérieur des terres pour quoi faire ? Vous ne pigez pas qu’ici, c’est très dangereux ? Les Tibétains chaque jour font des scandales dans les rues ». Je lui demandai : « Quel genre de scandale ? Ils brûlent et pillent ? » Il répondit : « Pas du tout de ce genre. En dehors de distribuer des tracts, les Tibétains ne font que crier des slogans ». Je lui demandai encore : « Tu l’as vue de tes propres yeux ? ». Il hocha la tête : « Oui, je le vois souvent. Plusieurs Tibétains ont dû partir en exil, alors que les “spécialistes” s’agitent directement devant les policiers et les militaires, avec pour résultat qu’ils se font battre très sérieusement, le sol se couvre de leur sang ».

Le chauffeur de taxi me dit qu’il en a été témoin hier encore, sur une traverse piétonne qui enjambe une rue au centre de la ville. J’y suis allé voir, mais je n’y ai vu qu’un mendiant aveugle tenant dans sa main un microphone, chantant curieusement à pleins poumons la chanson « Sans le Parti communiste, il n’y a pas de nouvelle Chine » (1) qui résonne à travers son modeste amplificateur portatif. Est-ce vraiment la manière à la mode pour mendier aujourd’hui, chanter des chansons communistes ? Bien sûr, ce mendiant était de nationalité Han, et les deux voitures de police stationnées non loin n’y portaient pas attention. Mais s’il était Tibétain ? J’ai bien peur qu’il ne fût depuis longtemps expulsé.

Quelques jours plus tard, à Dartsendo et Chengdu, nous avons appris une nouvelle qui incarne parfaitement l’esprit de cet engagement à la non-violence. Selon ces informations, plusieurs villages de la préfecture de Garze ont instauré un système de tirage au sort parmi l’ensemble des maisons du village. Tour à tour, chaque désigné doit aller à la ville distribuer des tracts et crier des slogans ; lors de leur arrestation, le village en entier devra fournir son aide aux autres membres de sa famille. Nous avons également appris sur internet que le lendemain de notre départ de Garze, un autre Tibétain fut arrêté pour avoir crié en pleine rue : « Laissez le Dalaï-lama revenir à la maison ! »

 (1)    Chanson révolutionnaire vantant les mérites du Parti communiste de Chine.

Le 21 septembre à Lhassa

 Tous droits réservés sur les photos et textes Tsering Woeser 2011. Traduction par F.N.D., 2011. Ne pas reproduire sans permission.

Advertisements
Cet article, publié dans Traduction, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’engagement de Garze

  1. Ping : “The Kardze Pledge&quot” By Woeser

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s