La vie éternelle dans le feu

 Traduction de 在烈火中永生 par Tsering Woeser, 10 décembre 2011

Le 3 décembre, dans ce qui est traditionnellement la région du Tibet Kham et désormais la division administrative de Chamdo de la Région autonome du Tibet, Ding Peng Zeng, âgé de 48 ans, s’est auto-immolé.

Depuis 2009, il s’agit de la treizième auto-immolation de Tibétains au Tibet: onze hommes, deux femmes, tous portant la robe pourpre des moines. Parmi ceux-ci, deux furent expulsés par les cadres de leur monastère et ne purent que changer leurs habits pour la veste en peau de mouton des bergers; un autre également dû quitter la vie de moine, mais envoya son fils dans le monastère, malgré les persécutions qui forcent les moines à quitter les temples. Dans un braisier ardent, sept se sont sacrifiés, cinq personnes ont été blessées et emmenées par la police (nul ne connaît leur emplacement) et un autre repose dans un monastère aux limites de la mort.

Récemment sur ​​YouTube et d’autres sites de ce genre est apparu un clip de l’auto-immolation de Palden Choetso. Cette nonne de 35 ans fut la douzième personne à s’auto-immoler.

Apercevant cette vidéo, j’ai longtemps hésité à cliquer, les photos et les vidéos précédentes apparaissant devant mes yeux : tous montrent des moines et des nonnes de Tibet, dans les prairies ou dans les rues, enrobés par les flammes ou leurs restes carbonisés. Ce sont des Tibétains locaux qui risquent beaucoup pour propager ces images, afin que le monde voit la vérité, mais c’est un spectacle trop effroyable pour l’endurer.

Cette vidéo dure à peine 3 minutes, mais un seul regard suffit pour nous désarçonner complètement, sans prévenir.

Enveloppée par les flammes, Palden Choetso se tient dans la rue, brûlant comme une torche… J’ai couvert mon visage des deux mains, parce que mes larmes coulaient plus fort encore que la pluie, sans vouloir s’arrêter. Palden Choetso, 10 ans plus jeune que moi, fut brûlée vivante jusqu’à la mort. Pas de fer ou de pierre, mais une personne en peau, en chair et en os, mais assez forte pour faire trembler tous les gens au cœur de pierre.

Les larmes brouillant mon regard, j’ai d’abord pensé qu’elle se promenait dans les flammes, et qu’en marchant elle criait le nom de Sa Sainteté le Dalaï-lama. En examinant de plus près, j’ai compris qu’elle ne marchait pas, mais se tenait droite, elle s’est ensuite voûtée pendant un instant et puis a tenté de se redresser. Dans la rue, des gens criaient, voyant qu’elle avait été renversée par les flammes. Dans les photos révélées précédemment, nous pouvons voir que, tombée par terre sur le dos, elle garda toutefois les mains jointes en signe de prière.

Si seulement j’étais cette jeune femme à la robe pourpre que l’on voit dans la vidéo : elle ne crie pas, mais s’approche de Palden Choetso engloutie par les flammes et lui jette un foulard blanc, démontrant par cela son respect….

Et en même temps, il y a des voix qui disent ne pas comprendre. Et ce ne sont pas les porte-paroles du Parti, au contraire, ce sont des prétendus « sympathisants » du Tibet, certains mêmes sont des défenseurs des droits de l’homme réprimés par la Chine. Est-ce que vraiment les Tibétains sont trop bêtes, imprudents, qu’ils négligent la vie et considèrent l’auto-immolation comme un simple jeu? Vous devez savoir que c’est la tyrannie qui allume le brasier de ces moines bouddhistes.

Il existe une telle tyrannie qui ne croit qu’au fusil, qui ne croit qu’à l’argent, qui ne croit pas à la foi, et qui croit encore moins que dans ce monde certains sont près à s’immoler pour leur foi, et qui répand des mensonges en affirmant que les immolés sont trop jeunes pour distinguer le vrai du faux. Il existe une telle tyrannie qui pense à tord que tous l’admirent, pensant à tord que l’on peut tout régler par l’argent et les armes et qui pour cela publie des mensonges empoisonnés du genre «  le Dalaï-Lama s’achète des morts ».

Comme je l’ai écrit, en vérité, peu importe bouddhistes ou adeptes d’autres religions, chaque fois qu’un désastre catastrophique survient dans l’histoire, il y eut toujours des gens qui osaient devenir martyrs et se sacrifier pour la protection de leur foi. Même dans la Chine moderne, les moines du temple Famen à Xi’an s’immolèrent lors de la révolution culturelle afin d’empêcher les gardes rouges de détruire leur pagode. Mais le sacrifice des Tibétains revêt une double signification : non seulement ils défendent leur foi, mais ils se battent également pour la liberté.

Mais il semble que les Tibétains immolés soient vite devenus de simples numéros.

Et il facile de se tromper même avec des numéros. En raison d’un laps de deux ans, les premiers moines qui s’étaient immolés furent ignorés ou négligés. Or, ce n’est pas un calcul ordinaire, où un de plus ou un de moins n’importe pas. Ce ne sont pas non plus de vulgaires chiffres froids, car il s’agit de vie et de mort. Est-ce que vraiment, après deux ans, les 12 immolations de cette année vont redevenir au numéro zéro, comme si elles n’avaient jamais existé?

Les gens n’ont pas eu le temps de discerner le vrai du faux, ils n’ont pas eu le temps de voir si la Chine a peur des immolations, ou si elle craint encore plus les Tibétains vivants, et ils n’ont même pas eu le temps de compter à partir du début combien d’auto-immolations se sont produites. Dans ce Tibet en haute altitude, sous la pointe du fusil, les Tibétains meurent encore, prêts à devenir « martyrs par le feu ».

Monde, vous entendez?! Vous entendez ce que les Tibétains crient de leurs flammes? « Le Tibet a besoin de liberté! », « Le Dalaï-lama doit revenir! » Est-ce que de telles exigences sont vraiment excessives?

Advertisements
Cet article, publié dans Traduction, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s