Aujourd’hui, le moine Soba Jugu de l’Amdo s’est sacrifié

Aujourd’hui, le moine Soba Jugu de l’Amdo s’est sacrifié

Traduction de 今天,安多果洛的索巴朱古自焚牺牲 par Tsering Woeser, 9 janvier 2011

Le 8 janvier 2012 vers six heures du matin, dans la ville de Dari en Amdo (du district Guoluo de la province du Qinghai), Soba Jugu (Rinpoché, qui se traduit par « Bouddha vivant »), âgé de 42 ans, revêtant la robe jaune, l’immola en mettant feu à l’essence, se sacrifiant ainsi sur place. Il s’agit du seizième cas d’auto-immolation sur le territoire du Tibet depuis 2009, et du troisième cas en 2012.

Selon les informations diffusées par les Tibétains locaux, au moment de son immolation, Soba Jugu cria haut et fort «Tibet libre ! », « Longue vie au Dalaï-Lama! » Il jeta également des drapeaux de prières (« Lungta ») ainsi que des tracts, et alors même qu’il brûlait, il monta sur la colline faisant face à la ville de Dari, se sacrifiant pour protéger la doctrine bouddhiste. Il colla également sur les murs de la ville plusieurs tracts.

Soba Jugu avait écrit sur ​​ces tracts: mon auto-immolation vise à commémorer tous les Tibétains qui depuis 2009 se sont immolés pour la libération nationale et la liberté religieuse, pour la liberté individuelle et la liberté de parole et non pour mon profit personnel. Le peuple tibétain souhaite au Dalaï-lama une longue vie, il veut la liberté et l’unité future du Tibet, il veut que tous travaillent hardiment, indépendamment des sectes et des régions, sans jamais perdre confiance, pour qu’éventuellement advienne ce jour heureux.

Soba Jugu était un villageois originaire de Gongma, du compté de Gande dans le district de Guoluo de la province du Qinghai. Il fut surnommé par les moines du petit monastère de son compté « Jugu Soba Gequrao » (ce qui signifie que Soba Jugu avait pour responsabilité d’interpréter la doctrine bouddhiste dans son temple). Il organisait chaque hiver une conférence religieuse, en plus de pourvoir matériellement aux besoins de plusieurs orphelins et aînés.

Peut-être même que Soba Jugu alla jusqu’à boire une grande quantité d’essence, car lors de l’immolation, on l’entendait tousser fortement. Cela provoqua la dislocation de son corps. Lorsque la police et les troupes armées arrivèrent, les restes de Soba Jugu furent emmenés et quelques morceaux de chair furent jetés dans le fossé. Mais quelques Tibétains réussirent tout de même à conserver une partie de ses restes.

Ce même jour en soirée, des milliers de Tibétains se rassemblèrent devant l’administration locale du Comté de Dari, exigeant que le Bureau de la Sécurité publique rende les restes de Soba Jugu. Quelques heures plus tard, le gouvernement local sous pression remit le corps de Soba Jugu à sa famille. En dehors de la poitrine et de la tête, le reste de son corps fut presque complètement détruit.

Le lendemain, la population locale se rassembla dans le petit temple de Soba Jugu pour lui dédier des prières et signifier son deuil. Selon les Tibétains de son petit monastère, Soba Jugu était déterminé à mourir. Ils trouvèrent que Soba Jugu avait laissé dans chaque porte de chaque chambre ses clés, quelques livres sur la table de sa chambre, dans lesquels était écrit méticuleusement – comme à son habitude – l’ensemble des dons reçus par les fidèles lors des conférences religieuses et les dépenses de chacun.

Mais cette nuit-là, plus d’une douzaine de véhicules militaires arrivèrent au chef-lieu du comté, des blocages furent mis en place sur la route, et partout des policiers militaires patrouillaient. Actuellement, le système téléphonique de Dari ne fonctionne que de manière intermittente, dans un état de semi-paralysie.

Publicités
Cet article, publié dans Traduction, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s