Qui est Tsering Woeser? Biographie.

Voici une biographie mise à jour de Tsering Woeser :

Tsering Woeser (née en 1966, à Lhassa) est une écrivaine d’origine tibétaine dont les livres et nombreux articles offrent des perspectives uniques sur les complexités du Tibet d’aujourd’hui. Fille de deux membres du Parti communiste, son père était d’ailleurs officier dans l’Armée populaire de Libération, Woeser a fait ses études en mandarin, langue dans laquelle elle écrit poésie, reportages et récits. Elle est mariée à l’écrivain et militant chinois Wang Lixiong, connu pour ses prises de positions politiques et pour son roman « Péril jaune » (1991).

 Après des études littéraires à l’Université des nationalités du sud-ouest dans la capitale du Sichuan (Chengdu), elle fut affectée à Lhassa en tant que rédactrice de la revue de littérature tibétaine et commença à découvrir son véritable patrimoine. Dans « Le Tibet au-dessus » (1999), Woeser publie des poèmes qui explorent son identité tibétaine. Son second livre, « Notes sur le Tibet » (2003), traite plus directement et de façon critique des questions culturelles et politiques à travers des portraits de la vie des Tibétains. Ce livre fut interdit, Woeser perdu son emploi et toutes ses prestations sociales, mais se résolut à utiliser ses mots comme arme afin de mettre par écrit le passé et le présent du Tibet.

 S’installant dans l’anonymat de Pékin en 2003, elle utilise l’Internet pour publier des commentaires de plus en plus explicites sur l’arrestation et la torture des Tibétains, les qualités littéraires attrayantes de son écriture transmettant son message d’autant plus efficacement. La préoccupation et l’engagement de Woeser envers l’avenir de la culture tibétaine l’amenèrent à toucher des questions aussi variées que la peinture, les cérémonies bouddhistes, les questions environnementales et économiques, le cinéma et la littérature contemporaine, et à mener des recherches exhaustives pour publier des livres révolutionnaires, tels que « La mémoire interdite : le Tibet pendant la Révolution culturelle » (2006), qui combine des photographies prises par son père lors de cette période sombre avec des témoignages de participants qu’elle recueillit par des entrevues.

 Au cours des manifestations de masse contre la domination chinoise et la répression violente de 2008, le blog de Woeser devint la principale source d’information pour plusieurs médias et amis du Tibet à travers le monde. Diffusant les informations de ses contacts au Tibet, elle publia des rapports quotidiens sur les manifestations, les violations des droits de l’homme et les exécutions extrajudiciaires. En décembre 2008, elle fut parmi les signataires originaux de la Charte 08. Elle prit également position contre les emprisonnements d’intellectuels ouïghours lors des émeutes de 2009. Conséquences de ses engagements politiques, Woeser fut mise en détention à domicile et harcelée par les policiers, ses sites furent fermés, ses mouvements sont limités, on lui interdit de quitter la Chine et elle reste sous surveillance constante de la part des autorités. Malgré tout, elle continue à écrire sur les questions sensibles qui touchent le Tibet de l’intérieur même de la Chine.

 Ces dernières années, sa contribution à la culture tibétaine et son énorme courage furent reconnus et récompensés par plusieurs organisations à l’extérieur de la Chine. Elle fut honorée par plusieurs prix internationaux, dont le Prix du Norwegian Authors Union (2007), le prix pour la liberté d’expression de l’Association des journalistes tibétains en exil, le Courage in Journalism Awards de la fondation International Women’s Media Foundation (2010) et le Prix du Prince Claus (2011)

 Woeser a fait preuve d’un courage qui l’honore, en parlant pour ceux qui sont réduits au silence et opprimés, par sa combinaison irrésistible d’excellence littéraire et de reportage politique, par la sauvegarde, la diffusion et son soutien à la culture tibétaine et par son engagement actif envers l’autodétermination, la liberté et le développement du Tibet.

Nous vous incitons à nous faire part de vos commentaires : ceux-ci seront traduits en Chinois et transmis à l’auteur Woeser.
Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Étudier le bouddhisme en Inde, se faire « laver le cerveau » à Lhassa

Étudier le bouddhisme en Inde, se faire « laver le cerveau » à Lhassa

Traduction de 去印度学佛,在拉萨被“洗脑”

Dès que je pense à ces « groupes d’études » répartis à travers Lhassa, dès que je pense à ceux qui ont reçu une « éducation » dans ces groupes, et particulièrement à ces nombreux Tibétains qui reçurent cette « éducation », dès que je pense qu’ils reçurent cette « éducation » uniquement parce que, à la fin de leur vie, ils se rendirent en Inde, à Bodhgaya, pour participer à l’initiation Vajrayana dirigée par le Dalaï-Lama, aussitôt je vois se dessiner devant mes yeux quelques vieux Tibétains. Ce sont tous des aînés que j’ai aperçus à Lhassa, des citadins ou des employés à la retraite absolument ordinaires, des croyants dont le cœur est tourné vers Bouddha et qui furent victimes de la répression politique.

 L’un d’eux, en apparence pas très vieux, avait quitté quelques années auparavant un poste au salaire généreux, seulement pour réaliser son désir de rencontrer le Dalaï-Lama. J’ai lu son journal, à l’intérieur duquel il décrit son impression après avoir fait le pèlerinage au Palais du Potala : « Les caméras de surveillance sont plus nombreuses que les fenêtres, les soldats sont plus nombreux que les lamas, les souris sont plus nombreuses que les Bodhisattva ». Il est encore aujourd’hui enfermé dans un de ces « groupes d’études » et ne peut revenir chez lui.

  Lire la suite

Publié dans Traduction, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Tu veux garder ton emploi, oui ou non? »

Traduction de “想不想要饭碗”?, 29 mars 2012

Après que les protestations de 2008 eurent éclaté, les autorités firent s’abattre sur le Tibet une large répression, dont plusieurs des méthodes de « contrôle » restent encore utilisées aujourd’hui. L’été dernier, lors de mon voyage dans la région de Kang, j’ai appris que l’ensemble des fonctionnaires de l’État dans les régions tibétaines de la province du Sichuan doivent remplir un formulaire spécial, dont le contenu comprend les questions suivantes : 1. Est-ce qu’il y a un moine ou une nonne bouddhistes dans votre famille? 2. Votre maison comporte-t-elle une icône bouddhiste sacrée? 3. Une photo du Dalaï-Lama est-elle affichée dans votre maison? 4. Des membres de votre famille se trouvent-ils à l’étranger? 5. Possédez-vous un passeport? 6. Avez-vous une double croyance? (croire à la fois au Parti communiste et au bouddhisme). Ce formulaire, bien que devant être rempli par les Tibétains comme par les Chinois, vise en fait très clairement les Tibétains.

 Comme me le demanda un ami taïwanais vivant, dans une société démocratique : c’est très ennuyant, on le remplit et ensuite quoi? Je lui répondis : si vous répondez positivement, vous êtes inclus dans la « liste noire » et devenez un objet de suspicion, si vous répondez par la négative, alors vous vous conformez aux objectifs de l’éducation du Parti. Cet ami m’a demandé: mais leur esprit est-il vraiment si simple? Je lui ai répondu : ils connaissent les véritables pensées des Tibétains, mais ils cherchent à ce que les Tibétains se confessent un par un, le but ultime étant la dissuasion et leur stigmatisation.

  Lire la suite

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Immolation en Inde

Janphel Yeshi, Tibétain en exil en Inde, s’est immolé par le feu à New Delhi le 26 mars 2012 lors d’une manifestation contre la venue prochaine en Inde du président chinois Hu Jintao. Il a été hospitalisé dans un état jugé très sérieux, a-t-on appris de source policière.

Photographies prises sur le carnet de Drugoi.

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« On ne peut pas continuer à s’immoler comme ça ! »


« On ne peut pas continuer à s’immoler comme ça ! »

Traduction de “不能再这么自焚下去啊!” par Woeser 

Le 8 janvier, du comté de Golok de l’Amdo m’est arrivée la nouvelle du sacrifice par immolation d’un Rinpoché. Très vite j’ai appris qu’il s’agissait du Rinpoché Soba, très populaire dans sa communauté. C’est vraiment une affaire importante ! Selon les coutumes et traditions du Tibet, le Rinpoché est le stade suprême parmi les moines, et ce Rinpoché qui était admiré et respecté par sa communauté s’est sacrifié, ce qui ébranla très fortement les Tibétains !

 Afin de mieux comprendre les circonstances, j’ai immédiatement publié une déclaration sur mon blogue. Ces dernières années, c’est souvent la même chose : les nouvelles de plus en plus mauvaises qui nous parviennent annoncent toutes une catastrophe humaine pour le Tibet. J’ai essayé d’écrire, j’ai tenté de décrire, puisant dans mes forces pour argumenter, jusqu’à cet état où il est trop tard pour les larmes. J’ai dit à Wang Lixiong que même un Rinpoché s’était immolé. Il fut très triste et dit après un long moment : « On ne peut pas continuer à s’immoler comme ça ! » Il dit qu’il fallait faire quelque chose, ne pas rester ici à écouter l’une après l’autre ces nouvelles de malheur.

Lire la suite

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Le moine Jamyang Palden s’immole le 14 mars, devenant le 28e cas d’immolation au Tibet!

Traduction de “3·14”僧人加央华旦自焚,境内自焚藏人竟至28人!par Woeser 

Le 14 mars 2012 est un jour spécial. Il y a quatre ans, le 10 mars 2008 ont commencé les manifestations de Lhassa, surnommées par les autorités chinoises « l’incident de vandalisme et de pillage du 14 mars ». Cette journée en est donc le quatrième anniversaire. Dans la préfecture de Regong d’Amdo (maintenant Huangnan, de la préfecture autonome tibétaine Tongren de la province de Qinghai), Jamyang Palden, un moine de 34 ans du monastère Longwu s’est immolé sur la place publique. Il est le 28e Tibétain à s’auto-immoler au Tibet depuis 2009.

Après que Jamyang Palden se soit auto-immolé, les Tibétains présents à la cérémonie traditionnelle autour de lui ont éteint le feu et l’ont emmené à l’hôpital. De peur qu’il ne soit capturé, ils le ramenèrent à nouveau au monastère. Une information circula selon laquelle Jamyang Palden aurait déjà perdu la vie, mais les informations subséquentes nous apprirent qu’il était vivant, mais grièvement blessé. Dans sa prière, le moine Jamyang Palden, qui s’est sacrifié pour la justice, fut protégé et embrassé sur la grande place publique par la Bodhisattva Tara!

Jamyang Palden est né dans le comté Tongren, son père s’appelle Gongchuegabu, sa mère Tsihemao. Il est à la maison le cinquième plus vieux, son frère aîné Geliegexi est actuellement Khenpo (abbé) du monastère de Longwu.

Lire la suite

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Sans défense

Sans défense

 

Traduction de “无措” par Tsering Woeser, 15 mars 2012

J’ai pris un livre dans mes mains,
L’ai reposé après quelques vers.
Par ma fenêtre, la ville Pékin
Pleine de ce climat crépusculaire,
Même les gratte-ciel voisins
Sont par le brouillard voilés.
Mais c’est un endroit lointain
Qui m’inquiète en vérité,
Ce peuple qui ne craint rien,
Au milieu des flammes, sera-t-il
Frappé par de rouges projectiles?

Woeser

17 janvier 2012

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Demande aux Tibétains de cesser les auto-immolations

Demande aux Tibétains de cesser les auto-immolations : Nous devons préserver la vie malgré la terrible oppression

Traduction de “吁请藏人再勿自焚:压迫再大也要留住生命” par Tsering Woeser, 7 mars 2012

7 mars 2012

 Les nouvelles des auto-immolations de Tibétains nous parviennent les unes après les autres, jusqu’à atteindre le nombre de 26, nous laissant chaque fois désemparés.

La seizième auto-immolation fut celle de Sobha Rinpoché de Golok de la région d’Amdo, dont voici les derniers mots : « Tout comme le Bouddha qui a nourri le tigre avec sa vie, mes autres compatriotes tibétains se sont sacrifiés pareils à moi : pour la vérité et la liberté, ils ont donné leur vie pour la justice. »

Voilà une dévotion rare en ce monde! Assez pour exercer sur le peuple tibétain une influence durable et profonde : nous nous en souviendrons toujours.

Lire la suite

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires

Être un Tibétain en exil en Inde

Être un Tibétain en exil en Inde

Traduction de “当藏人流亡到印度” par Tsering Woeser, 4 mars 2012

Sur Facebook, j’ai vu une vidéo d’un film de Bollywood, où chante un acteur célèbre du cinéma indien. La star, beau et magnifique, chante et danse passionnément sur une scène bondée et bruyante, sous les acclamations du public. Mais le plus frappant est sans doute l’image du drapeau à l’effigie du lion des neiges qui flotte dans le vent. Cela a naturellement conduit à un autre évènement : les censeurs indiens du cinéma ont coupé cette image, sûrement afin d’éviter la colère de Pékin.

Cela m’a fait penser : depuis 1959, des dizaines de milliers de Tibétains ont quitté leur maison, ont fui pour aller vivre en Inde. Comment est-ce que les Indiens perçoivent ce phénomène? Comment est-ce que les exilés tibétains s’entendent avec les Indiens? Rappelez-vous que le prix Nobel de littérature, Naipaul, a écrit dans ses notes de voyage la fois où il a rencontré en Inde Sa Sainteté le Dalaï Lama et les Tibétains qui l’accompagnaient. Il est un écrivain minutieux, mais avait une profonde sympathie envers les Tibétains en exil. Je connais aussi le réalisateur Tenzing Sonam et son épouse indienne Ritu Sarin, qui s’aiment mutuellement et partagent des vues similaires, et qui ont tourné ensemble plus d’un bon film.

Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

CCTV affirme que « le peuple de Lhassa est le plus heureux »

CCTV affirme que « le peuple de Lhassa est le plus heureux »

Traduction de “CCTV说“拉萨百姓最幸福” par Tsering Woeser, 30 janvier 2012

D’abord, ce fut un entretien téléphonique avec un média étranger qui m’annonça que la ville de Lhassa avait été nommée « la ville dont le peuple est le plus heureux ». On me demanda mon avis. Le Nouvel An ne faisait que commencer, et soudainement je reçus un tel paquet-cadeau rempli d’ironie : j’imagine que beaucoup de personnes à Lhassa eurent la même réaction. J’ai souri et demandé en retour : vivre chaque jour et chaque nuit sous la menace d’un fusil, alors que même la prière dans le temple doit se faire sous le viseur des tireurs d’élite, est-ce que vraiment le bonheur est possible?

Lire la suite

Publié dans Traduction | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire